Audrey Bouillant

ESCRIME  SUISSE

ÉPÉE  U17

Réf. image: © Groupe Mutuel

AUDREY VOUS PRÉSENTE SON SPORT, SA PASSION

Le partage  Le respect   Le courage

La maîtrise de soi    La confiance

La précision   La vitesse  La tactique

La concentration    La force

 Si ces mots vous interpellent alors, l’escrime peut également devenir votre passion !

Biographie

Originaire de Villars-sous-Yens près de Morges, j’ai débuté l’escrime à l’âge de 4 ans au CEM avec pour arme un fleuret.

Autour de moi

Mon encadrement sportif, mes Maîtres d’armes, entraineurs, coach physique, magnétiseur et encadrement médical.

Picture © Eva Pavía/Bizzi Team/Swiss Fencing

Resultats

Mes résultats, ranking en  compétitions régionales, nationales, européennes, mondiales, championnats.

Sites amis

Je remercie de tout cœur tous mes parrains et ma famille sans lesquels cette aventure ne pourrait pas exister !

Parrainage

Sans votre soutien, il me serait impossible de pratiquer l’escrime au niveau international.

Fiches escrime

Fiches informatives sur les armes, les règlements, l’arbitrage, comment entretenir son matériel …

Des pleurs, des joies, des déceptions et des espoirs …

” Mes Maîtres d’armes de Vevey, Maîtres Saleki & Muzio m’aident, m’écoutent, me conseillent et me soutiennent  tout au long de mon parcours sportif et de mes études. “

Je les remercie !

Audrey

Merci à mes parrains

” Je tiens à remercier mes parrains pour la confiance qu’ils me témoignent. Leurs parrainages m’ont permis d’avoir un encadrement “TOP” et grâce à eux,  j’ai pu progresser dans mon sport tout au long de cette saison. “

Encore merci !

Audrey

Fédération & Club d’escrime

Ma Fédération

Swiss Fencing ou Fédération Suisse d’escrime.

Basée à Bern, c’est cette fédération qui s’occupe de ce qui est de l’ordre de l’équipe suisse et des sélections pour les compétitions européennes et mondiales, etc.

Mon club d’escrime

SEVM ou Société Escrime Vevey Montreux.

Mon club depuis 2017 !
C’est ici que j’ai pu bénéficier d’un soutien moral et d’un bon coaching pour commencer sereinement dans le sport d’élite.

Picture © Eva Pavía/Bizzi Team/Swiss Fencing

L’escrime et ses règles

L’escrime moderne présente, en tant que sport, de nombreux avantages. Elle permet de combiner un exercice physique important avec une forte concentration. Ainsi, l’escrime développe la réflexion, l’équilibre, la rapidité, la finesse, la concentration. De plus, dans la mesure où c’est un sport qui n’exige pas uniquement de la force physique, les différences entre grandeur, force, gabarit et capacité peuvent se compenser.

En outre, ses caractéristiques font que l’escrime est un sport que l’on peut pratiquer même à un âge avancé.

L'escrime

En escrime il est possible de pratiquer au choix le fleuret, l’épée ou le sabre. Chacune de ces armes demande une approche différente dans les règles de combat à observer, les cibles à viser et la façon de toucher l’adversaire. Un système électrique permet de savoir précisément à quel moment une touche a été portée.

Les origines

Dès 1200 av. JC, l’escrime est évoqué sur des bas-reliefs égyptiens et le combat à l’épée a toujours existé, gagnant même ses lettres de noblesse avec les Mousquetaires et D’Artagnan. C’est en Europe que l’escrime moderne a vu le jour en tant que sport.

Ce sport a fait son apparition au jeux Olympiques dès les premiers Jeux de l’ère moderne, en 1896 à Athènes, via le fleuret et le sabre, l’arme traditionnelle des Magyars et des combattants à cheval. L’épée débutera aux Jeux quatre ans plus tard en 1900 à Paris. Du côté féminin, le fleuret est devenu olympique en 1924 à Paris, l’épée en 1996 à Atlanta et le sabre en 2004 à Athènes.

À noter que le fleuret électrique n’est entré en lice qu’aux Jeux de Melbourne en 1956

Les épreuves

12 épreuves (6 masculines, 6 féminines)

Epreuves masculines: épée, fleuret et sabre individuel ainsi qu’épée, fleuret et sabre par équipe.

Epreuves féminines: épée, fleuret et sabre individuel ainsi qu’épée, fleuret et sabre par équipe.

Les escrimeurs s’affrontent en duel sur une piste de 14 m de long et de 1,5 à 2 m de large.

Trois armes sont utilisées: le fleuret (lame flexible et rectangulaire), l’épée (lame rigide et triangulaire) et le sabre (lame flexible et triangulaire).

Pour l’épée et le fleuret, la touche ne peut être effectuée qu’avec la pointe de l’arme, sur l’ensemble du corps pour l’épée, sur le torse seulement pour le fleuret. Avec le sabre, une touche n’est validée que si la pointe ou le tranchant de l’arme entre en contact avec la partie supérieure du corps de l’adversaire.

Chaque touche vaut 1 point et le premier escrimeur à valider 15 touches sort vainqueur. Si au bout de 9 minutes aucun combattant n’a atteint le total de 15 touches, le vainqueur est celui qui a le plus de touches.

En cas d’égalité, le match est prolongé d’une minute et la +priorité+ est accordée au hasard à l’un des deux tireurs. Le premier escrimeur à marquer une touche remporte le match, et si aucune touche n’est marquée l’escrimeur déclaré prioritaire est vainqueur de l’assaut.

En épée, les deux escrimeurs peuvent toucher en même temps, contrairement aux assauts au sabre et au fleuret où un seul escrimeur à la fois peut marquer des touches, selon des règles de droit de passage.

Le tournoi par équipes consiste à faire se relayer 3 tireurs qui doivent totaliser 45 touches pour remporter le match. Chaque assaut (duel) ne peut excéder 3 minutes.

L'épée

C’est également une arme d’estoc (on ne touche donc qu’avec… la pointe ! C’est bien vous suivez !). Cependant, il est possible avec cette arme de toucher son adversaire partout de la tête aux pieds. De plus, il n’y a pas ici de règle de priorité : il suffit de toucher son adversaire pour marquer le point. En cas de touche simultanée, chaque tireur aura un point.

Le sabre

Tout comme le fleuret, le sabre est soumis aux règles de priorité. Cependant, cette arme permet de toucher l’adversaire avec toute la lame. C’est donc une arme de taille et d’estoc. L’autre différence réside dans la surface valable. Ainsi, au sabre, il est possible de toucher partout au-dessus de la ceinture. Là aussi, une cuirasse et un masque métalliques permettent de savoir si l’un des tireurs a été touché.

Le fleuret

Au fleuret, il n’est possible de toucher son adversaire qu’avec la pointe (c’est une arme d’estoc). Pour marquer un point, il faut toucher l’adversaire au tronc (ce qui exclut donc les bras, les jambes et la tête). Si une touche est portée en-dehors de la zone valable (représentée sur le tireur par une cuirasse métallique), le combat est stoppé mais aucun point n’est marqué.

Le fleuret est ce qu’on appelle une “arme de convention”. Ainsi, si le tireur A attaque, il a la priorité. Le tireur B devra donc d’abord se défendre (parer) avant d’attaquer à son tour (riposter) pour pouvoir marquer le point. Si A commence à attaquer B, mais que B cherche quand même à toucher A, si les deux adversaires se touchent, seul A aura le point. Si les touches sont simultanées (c’est à dire que les tireurs se touchent sans que personne n’ait pris la piorité), aucun point n’est marqué. Oui je sais, ça a l’air un peu compliqué mais on s’y fait vite !

L'escrime handisport

Les règles de l’escrime handisport ne diffèrent en rien de l’escrime valide. Cependant, quelques aménagements sont nécessaires.

Contrairement à ce que la plupart des gens peuvent s’imaginer, le fauteuil roulant ne se déplace pas lors d’un assaut. Un appareil spécial, appelé le handifix, est utilisé pour immobiliser le fauteuil. Celui-ci est amené sur une plaque ou dans un rail, puis maintenu sur place à l’aide de griffes sur les grandes roues, ainsi que d’une sangle placée à l’avant afin d’éviter un basculement en arrière. Ce système permet de s’investir à fond dans l’assaut en toute sécurité. Le tireur se sert alors d’une main pour tenir son arme (logique !), et de l’autre pour s’accrocher à la main courante située sur la roue du fauteuil, ou à une poignée qui peut être ajoutée. Les plaques des deux adversaires sont reliées par une barre centrale qui permet de régler la distance de manière à ce que les tireurs puissent évoluer dans les meilleures conditions, c’est à dire assez près pour pouvoir toucher, mais également assez loin pour les forcer à se déplacer à l’aide de fentes et de retraites du corps, et permettre de déployer un bagage technique aussi important que celui des valides. Pour déterminer cette distance, le tireur qui a le plus grand bras le place à l’équerre, l’autre devra alors tendre son bras, arme à la main. La distance est correcte lorsqu’au fleuret la pointe arrive à la saignée du bras adverse, et à l’épée et au sabre au bout du coude.

L’autre, et dernière, grande adaptation concerne la règle de combat à l’épée. En valide, il est possible de toucher son adversaire sur toutes les parties du corps. Mais en handisport, les jambes seraient une cible trop facile à atteindre. Ainsi, il fut décidé que les cibles possibles seraient les mêmes qu’au sabre, c’est à dire au dessus de la ceinture. Pour éviter toute confusion, le tireur s’équipe d’un tablier isolant, empêchant l’adversaire de le toucher aux jambes ou sur le fauteuil roulant.

Lors des compétitions internationales, les escrimeurs sont classés en trois catégories : A, B et C. Cette classification est déterminée par l’importance du handicap du tireur au niveau des abdominaux. En effet, un tireur qui possède le plein usage de ses abdos peut effectuer des fentes et retraites aisément, alors qu’un tireur qui ne dispose pas de la pleine puissance de ces muscles aura plus de difficultés à se déplacer sur le fauteuil. Ainsi, les tireurs les moins handicapés sont en catégorie A, ce qui est mon cas, et les tireurs plus touchés sont en catégorie B. Pour résumer, avec la montée des niveaux technique et physique (qui se sont considérablement accrus de puis les années 1990), on peut aujourd’hui considérer que dans la grande majorité des cas les tireurs classés en catégorie A sont ceux qui peuvent marcher, alors que les tireurs de catégorie B sont en fauteuil roulant (paraplégiques pour la plupart). Les tireurs classés en catégorie C sont tétraplégiques. Les catégories n’apparaissent qu’en international, en raison du faible nombre d’escrimeurs handisport à l’échelle nationale.

”  LA CHUTE N’EST PAS UN ÉCHEC, L’ÉCHEC C’EST DE RESTER LA OU ON EST TOMBÉ  “

Socrate

COURS D’INITIATION A L’ESCRIME

Toute personne souhaitant s’initier à l’escrime, enfant ou adulte, est la bienvenue à la SEVM pour faire un essai gratuit dans le cadre d’une session découverte. Pour les adultes désirant une introduction plus approfondie, un cours payant est aussi proposé.

 

Envie d’essayer ?

N’hésitez pas et prenez contact avec la SEVM !

ENFANTS

Pour les petits enfants de 5 à 6 ans des cours, Escrime Trotteur, spécialement conçus pour cette catégorie sont offerts  deux fois par semaine à notre salle d’armes de Vevey.

ADULTES

Pour les adultes qui souhaitent découvrir l’escrime avant de décider s’ils souhaitent ou non poursuivre, la SEVM propose une initiation de 4 séances au prix de CHF 80.-.

COURS D’INITIATION PARTICULIERS

Sur demande et suivant la disponibilité de la salle, la SEVM organise aussi des cours d’initiation sur mesure pour des groupes privés : entreprises, classes d’école, clubs, etc.

Formulaire de contact

Sponsors

UN GRAND MERCI A MES PARRAINS