Sortir de sa zone de confort pour progresser ?

La zone de confort représente l’ensemble de vos savoir-faire et des acquis sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour aller de l’avant.

Quelle est votre zone de confort ?

C’est la zone de performance dans laquelle vous allez faire un minimum d’effort et … obtenir un minimum de résultat.

Pour évoluer, il faut oser sortir de cette zone tout en sachant qu’en prenant des risques, il y a toujours des risques d’erreurs !

Selon une citation de Mark H. Mc Cormack : « Si vous ne faîtes pas d’erreur, c’est que vous ne vous êtes pas donné suffisamment de mal. » 😉

Il faut donc casser les habitudes sportives et prendre des risques en se donnant des challenges ou défis, afin de sortir de cette zone.

Sortir de sa zone de confort, c’est s’exposer à un stress, qu’il soit physique ou psychologique, ou même les deux à la fois.

S’exposer à un stress à deux fins possibles…

  • L’échec 
  • L’adaptation

L’adaptation est l’une des clés de l’évolution de l’être humain. Survivre l’a placé dans des situations de stress intenses. Il a du s’adapter pour rester en vie puis, en assimilant et partageant ses progrès, l’humain a rapidement évolué.

Le stress psychologique.

« C’est trop dur, je ne vais pas y arriver ! » … Tout le monde l’a pensé au moins une fois.

En cas de stress psychologique deux situations sont possibles :

L’échec.

Je tente mais l’objectif n’était pas adapté ou je n’avais pas confiance en moi et … je me plante en beauté !
Résultat, je me sens null et dégouté !

L’adaptation.

Mon coach me dit qu’il m’en pense capable, je lui fait confiance et j’essaye, qu’est-ce que je risque ?
Je tente le coup, et  j’y arrive.
Résutat, je me sens heureux et confiant !

Le stress physique.

Un entraînement, c’est soumettre son corps à de nombreux stress.

Après l’effort, vous êtes épuisé et avez plein de courbatures, mais avec le nombre d’entrainements votre corps s’habitue. Vous remarquez qu’avec les mois, les années, votre temps de récupération diminue.
Dans un premier temps, vous récupérez beaucoup plus vite votre souffle puis, quelques heures plus tard, votre énergie est de retour et enfin, après un ou deux jours, vos courbatures disparaissent… votre corps a récupéré, il s’adapte.

A chaque entraînement, grâce à ce cumul de petits stress que votre corps a appris à dominer, vos capacités physiques augmentent, votre corps et votre mental évoluent.

C’est ainsi, qu’au fil du temps, un sportif devient un athlète, puis un athlète un champion 😉

 

Sponsors

UN GRAND MERCI A MES PARRAINS